Cet été, nous vous invitons à lire à l'ombre de l'Olivier. Les Éditions de l'Olivier occupent une place de choix dans nos vies de libraires. Elles incarnent la littérature que nous aimons, que nous défendons. Les liens qui nous unissent à cette maison et à celles et ceux qui l’habitent sont profonds et multiples, ils donnent du sens à notre métier. Et puisque les Éditions de l'Olivier soufflent cette année leurs 30 bougies, nous vous proposons tout au long de l'été des tables et des vitrines pour (re)découvrir leurs livres et explorer leur fabuleux catalogue.

 

Ils viennent d'un peu partout, ils vont du gris clair au noir très noir, ils font entendre des voix bien singulières. Et pourtant, ils ont un point commun: vous ne les lâcherez pas.

Des classiques dans lesquels on s'est toujours promis de plonger, des nouveautés marquantes, des livres à découvrir en V.F. à la rentrée: goûtez nos summer readings!

 

Babel, la collection de poche des éditions Actes Sud, c'est un catalogue regroupant des chefs-d'oeuvre par dizaines. Nous en avons sélectionné quelques-uns, qui font l'unanimité parmi notre groupement de près de cinquante librairies indépendantes. Nous vous invitons à plonger dans cette bibliothèque idéale et à y faire de belles découvertes.

Et vous, quel est votre Babel préféré?

D'immenses comédiens, des textes forts, des auteurs singuliers: année après année, l'équipe de l'intime festival nous convie à un épatant festin littéraire. Il aura lieu du 26 au 29 août au Théâtre de Namur. Découvrez la programmation, comme toujours épatante, et réservez vos places ici: www.intime-festival.be

Embarquement immédiat pour la Belle Province avec cette sélection concoctée par les librairies Initiales! Nous vous convions à une promenade vivifiante dans un paysage éditorial multiple, coloré et dynamique. Des autrices et auteurs à suivre, des éditeurs passionnants, une langue qui claque… vous allez tomber en amour!

Il était grognon, souvent plaintif, et misogyne avec ça. Il regrettait le suffrage universel et vitupérait contre la Commune.

Et pourtant on en revient toujours à lui. C'est que Flaubert n'est pas seulement l'inventeur du roman moderne: c'est aussi un vaillant pourfendeur des idées reçues, un voyageur avide de découvertes, un homme qui savait cultiver l'amitié comme en témoignent 4000 lettres si vivantes et savoureuses.

Parce que l'on célèbre cette année son bicentenaire, parce que l'édition de son oeuvre dans la Pléiade vient enfin de se terminer avec la parution de deux passionnants volumes, on vous invite pour une escapade parmi les livres du maître.

"Devant ces majestueux tipis en peau de bison posés à même le sol, ces couvertures froides aux broderies graphiques, ces tuniques ornées de plumes et de perles suspendues à des cintres de métal, devant ces berceaux de bois vacants peints tendrement de turquoise, ou ce collier de fourrure et de griffes d'ours dressé sur un présentoir, c'était la réalité de la disparition des Indiens qui devenait palpable. Les objets étaient si concrets, irréductibles derrière la paroi de verre, résistants, qu'ils parvenaient à rendre une présence à ce qui n'était plus."

Maylis de Kerangal, Canoës (Verticales)

Le 5 mai à 19h30, les Grandes Conférences Namuroises ont organisé un entretien exceptionnel avec le photographe brésilien Sebastião Salgado. La conférence a eu lieu en ligne et était animée par Régis Delcourt. Pour voir ou revoir cet événement, c'est par ici: https://www.youtube.com/watch?v=aLv5zgBk5wg

Sebastião Salgado était invité par l'Université de Namur qui lui a remis les insignes de Docteur Honoris Causa en reconnaissance de son parcours et de son engagement hors du commun.

En 1969, Sebastião Salgado, jeune économiste brésilien, fuit la dictature de son pays pour rejoindre la France. En 1973, il décide de consacrer sa vie à la photographie. En 1994, il fonde avec son épouse Lélia Wanick Salgado l’agence de presse Amazonas images.Tout au long de sa carrière, il a photographié les hommes et les femmes dans plus de 120 pays à travers le monde. Ses nombreux reportages montrent la sensibilité qu’il éprouve envers la manière dont les êtres humains sont affectés par les conditions socio-économiques et l’environnement dans lesquels ils vivent. Il a reçu de nombreux prix internationaux et fut Ambassadeur de Bonne Volonté pour l’UNICEF.Il a publié de nombreux ouvrages qui comptent dans l'histoire de la photographie, notamment "Children", "Africa", "Genesis". Son dernier livre, "Amazônia", est paru fin mai chez Taschen.

"J'ai pas l'impression que tu connaisses les bonnes manières avec les dames", dit-Fifi.
Sur ce, elle empoigna Bengt de ses bras costauds, le souleva et l'accrocha à une branche d'un bouleau qui se trouvait juste à côté. Elle se saisit du deuxième garçon et le suspendit à une autre branche ; elle attrapa le troisième et le jucha sur le pilier de la grille d'une villa ; elle balança le quatrième par-dessus une clôture de jardin et il atterrit sur un parterre de fleurs.

Astrid Lindgren, "Fifi Brindacier", traduit du suédois par Alain Gnaedig, Hachette Jeunesse

Deborah Levy vient de recevoir le Prix Femina étranger pour deux livres absolument passionnants, "Le coût de la vie" et "Ce que je ne veux pas savoir", tous deux traduits par la géniale Céline Leroy et publiés par les éditions du Sous-Sol.
Deborah Levy interroge par le prisme de l'intime et du politique, la place que les femmes occupent dans le récit des hommes. Elle invente une nouvelle grammaire où les femmes ne sont plus des "personnages secondaires" de leur propre histoire. Sur les pas de Virginia Woolf, Marguerite Duras et Geneviève Brisac, ses livres sont intelligents, vifs, généreux. Un pur bonheur!

 

Baillon le fou, le sulfureux, le suicidaire. Baillon le tendre, l'ironique, le précurseur. Baillon, cet "homme si simple" du siècle dernier (il est mort en 1932) mais dont l'écriture est d'une modernité foudroyante, tout à la fois minimaliste, inquiétante et déjantée. Peu lu aujourd'hui comme de son temps, il est pourtant un véritable écrivain culte pour celles et ceux qui ont un jour eu la chance d'ouvrir un de ses livres.

"Prendre un bébé dans ses bras, sur ses genoux, dans son regard aimant, dans sa parole chantante et le porter plus haut, plus loin, plus profond": c'est ce que nous faisons lorsque nous lisons un livre avec un tout-petit, dit Jeanne Ashbé. Voici notre sélection d'albums à partager!

Rien de tel qu'un bon roman à dévorer à la lueur d'une lampe de poche, caché sous la couette pour échapper aux règles et au monde des grands!

empty