Canne Canne
Canne Canne

Canne (postface d'Arna Bontemps)

Traduction JEAN WAGNER  - Langue d'origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

À propos

La publication de Canne - irréfutable, convaincant, puissant et captivant mélange troublant et envoûtant de fiction, poésie et théâtre liés formellement et thématiquement par des leitmotivs - fait de Toomer, pratiquement du jour au lendemain, un écrivain reconnu dans les deux branches du modernisme américain : les écrivains et critiques de The New Critics et de la Lost Generation (Hemingway and Gertrude Stein pour la prose, Pound et Eliot pour la poésie), et ceux du mouvement The New Negro ou de la Renaissance de Harlem (Zora Neale Hurston, Claude McKay, Richard Wright, Countee Cullen, Langston Hughes and Wallace Thurman). Toomer est une figure importante, admirée et influente dans ces deux articulations du modernisme américain, qui ont atteint leur apogée dans les années 1920. Canne est un roman symphonique dans lequel Jean Toomer fait chanter tout ensemble la terre et le peuple noir de Géorgie, les rues et les habitants des quartiers noirs de Washington, entre le crépuscule et l'aurore sentir la terreur et l'habitude du vivre ensemble séparés des Noirs et des Blancs. Composé de trois parties, on est d'abord dans le Sud rural puis dans le Nord urbain ; enfin avec Kabnis, le personnage principal de la dernière partie, peut-être alter ego de Jean Toomer lui-même, dans un moment de la vie d'un idéaliste venu du Nord dans le Sud... Publié en 1923 aux États-Unis, Canne connut un succès immédiat et influença toute la nouvelle littérature noire américaine. À partir de 1969 toute l'oeuvre de Jean Toomer fut rééditée et continue à l'être. Son chefd'oeuvre, Canne, est désormais considéré comme un Modern Classic de la littérature américaine et la référence incontournable de tous et des plus grands écrivains noirs américains, de James Baldwin à Toni Morrison... Encore inconnu en France, le charme de ce «livre éternel» n'en sera pas moins un uppercut pour tous les lecteurs.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782356540713

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    160 Pages

  • Longueur

    22.4 cm

  • Largeur

    15 cm

  • Épaisseur

    1.4 cm

  • Poids

    302 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Jean Toomer

Jean Toomer (1894, Washington D.C. - 1967, Doylestown, Pennsylvania) est un romancier, poète et essayiste américain, l'une des figures les plus importantes de la Renaissance de Harlem et du modernisme.ÿ« Chaque fois que l'on m'exprime le désir sincère d'avoir des renseignements sur moi, je suis toujours heureux d'y répondre. Car en disant quelque chose aux autres, je me dis invariablement quelque chose à moi-même. Ma famille est originaire du Sud. [.] Pour ce qui est de mon origine, il paraît (mais qui sait au juste ?) que coulent en moi sept sangs différents : français, hollandais, gallois, noir, allemand, juif et indien. C'est pour cette raison que ma situation en Amérique est curieuse. J'ai vécu au milieu des deux groupes raciaux, tantôt chez les Blancs, tantôt chez les Noirs. À mon avis, je suis naturellement et obligatoirement américain. [.] Cependant, au cours des deux ou trois dernières années, mon besoin croissant d'expression artistique m'a attiré de plus en plus au sein du groupe noir. Et à mesure qu'augmentait ma réceptivité, je me suis aperçu que je l'aimais comme je ne pourrais jamais aimer l'autre. Il a stimulé et fécondé ce que je puis avoir en moi de talent créateur. Une visite en Géorgie à l'automne dernier fut le point de départ de presque tout ce que j'ai fait de valable. J'ai entendu des chants populaires sortir de la bouche des paysans noirs. J'ai vu cette éclatante beauté noire dont j'avais entendu dire tant de choses fausses, et sur laquelle j'avais été assez sceptique jusque-là. Et une partie profonde de ma nature, une partie que j'avais étouffée, s'éveilla soudain à la vie et leur fit écho. Maintenant je ne peux pas m'imaginer indifférent et séparé. Mon point de vue n'a pas changé ; il s'est approfondi, il s'est élargi.ÿ[.] J'ai vécu tour à tour à Washington, à New York, à Sparta (Géorgie) et dans plusieurs villes de moindre importance. J'ai fait, me semble-t-il, un peu tous les métiers : vendeur de journaux, livreur, barman, vendeur, ouvrier de chantier naval, aide-bibliothécaire, directeur de gymnase, instituteur, commis-épicier et Dieu sait quoi encore ! Ni l'université du Wisconsin, ni celle de New York ne m'ont donné ce que je voulais ; j'en suis donc parti. Comment au juste j'ai fini par trouver ma cadence dans la littérature, il me serait difficile de le dire. » (Extrait d'une lettre de Jean Toomer, citée dans la postface d'Arna Bontemps).

empty